Sélectionner une page
Les oiseaux du marais d’Ault

Les oiseaux du marais d’Ault

Les oiseaux du marais d’Ault sont assez nombreux.

Dans le marais, il y a différents biotopes. On y trouve des mares, des zones dunaires et praires, des roselières ou encore des landes avec ajoncs.

Et, chacun de ces espaces est un lieu privilégié pour différentes espèces d’oiseaux.

Les oiseaux des roselières

Les roseaux, c’est l’endroit rêvé pour se cacher. Les oiseaux l’ont bien compris ! Il n’est donc pas nécessaire de faire beaucoup de chemin pour en observer.

Dans les roseaux, l’Homme circule très difficilement. Alors, c’est dans cette zone de quiétude que les oiseaux font leur nid. Là, ils sont aussi plus à l’abri des autres prédateurs et disposent de toute la nourriture nécessaire.

N’allez pas croire que seuls les petits passereaux fréquentent les roselières. Car même si c’est le lieu idéal pour voir le bruant des roseaux ou le phragmite des joncs, c’est aussi là que j’ai vu le butor étoilé ou encore le busard des roseaux.

Le Phragmite monte le long des roseaux dès les premiers rayons du soleil.

Oiseaux - Phragmite des joncs

En période de reproduction, les parades s’enchaînent et donnent lieu à des envolées au dessus des roseaux.

Oiseau - phragmite en, vol

Le Bruant des roseaux est lui aussi très présent. Il est cependant un peu plus discret que le phragmite.

OIseaux - bruant des roseaux

La Gorge bleue est un passereau qui est plus facile à observer pendant la saison des amours. Car son chant caractéristique facilite grandement son repérage. La Gorge bleue fréquente les roselières mais aime aussi les buissons qui se trouvent en bordure. Il n’est donc pas rare de la voir perchée tout en haut d’un arbuste.

oideaux- gorge bleue

Le Busard des roseaux est le maître des lieux. Il utilise les roseaux pour construire son nid. Mais c’est surtout un des prédateurs pour les autres oiseaux des roselières. Cependant, la grande envergure du busard est un handicap pour se faufiler au cœur des roseaux. Aussi préfère t-il guetter les jeunes imprudents qui s’aventurent dans les zones ouvertes.

L’anecdote du butor étoilé 

Le Butor étoilé pour ceux qui s’intéressent aux roselières c’est comme un mythe. On s’en approche on l’entend parfois mais on le voit rarement.

En effet il est tellement mimétique qu’il est difficile à trouver. Mais sur ce site il est présent, je le sais. Car, l’an dernier un Butor est sorti  des roseaux à quelques mètres d’un ami photographe. Mais ce dernier surpris, n’a malheureusement pas réussi à le prendre en photo.

Ce jour, nous sommes 3 photographes. Après le repas nous partons chacun de notre côté.

Régis s’installe en bordure de la roselière et moi je vais plus loin sur les mares. Le soleil cogne fort et au bout d’ 1h30 je décide de retourner à la voiture récupérer ma bouteille d’eau. J’arrive non loin de l’endroit où Régis est installé. Pour ne pas le déranger, je vérifie au téléobjectif avant d’avancer s’il est en pleine séance photo. En fait, avec la chaleur et après le repas, Régis est plutôt en train d’émerger d’une bonne petite sieste ! Je vais donc pouvoir aller le rejoindre et le charrier un peu. J’avance et là le Butor décolle sur ma droite, je cris « Oh ! le Butor ! » (Façon De Funès, enfin ça c’est Régis qui le dis !) Régis encore à moitié endormi répond « le Busard? » Moi, « mais non, le Butor!, Régis tu dormais à côté du Butor ! » Bref notre ami le Butor, lui n’a pas attendu, il vole au dessus des roseaux pour aller se poser dans la roselière d’à côté!

Le Butor devait être en bordure des roseaux, je ne l’avais pas repéré mais lui oui. Ce n’est pas encore cette fois que j’aurai une photo, mais je l’ai vu. C’est certain l’an prochain, nous serons plus attentif si nous retournons sur ce secteur !

Les oiseaux sur les mares

C’est sans doute l’endroit où la diversité d’oiseaux est la plus grande.

On y trouve des échassiers comme le Héron cendré, les Aigrettes ou encore l’Echasse blanche.

oiseaux - Echasse blanche

On y trouve aussi toute sortes de limicoles comme le Chevalier gambette

oiseaux - Chevalier gambette

Le Chevalier guignette

Chevalier guignette

Le Courlis corlieu

oiseaux- courlis corlieu

Mais d’autres oiseaux occupent aussi l’espace :

La Sarcelle d’été

Sarcelle d'été

La Sterne caugek

oiseau - sterne caugek

Le Vanneau huppé reconnaissable à son cri métallique, profite des mares pour prendre son bain.

Oiseaux - vanneau huppé

Les cygnes sont également très présents, les îlots ou les rives des mares sont propices pour y faire les nids.

oiseaux -cygne tuberculé

Parfois un Cygne noir (espèce introduite) est  de passage.

oiseaux - cygne noir

Les oiseaux des buissons

Au milieu des ajoncs, des genêts, des épines et des ronces se cache une multitude d’oiseaux.

Au printemps c’est le début de la  nidification. Alors, l’activité est intense. C’est un va et vient perpétuel.

L’accenteur donne la voix du haut de son arbuste.

oiseaux- accenteur mouché

Dame Tarier pâtre sur une ronce guette les insectes.

OIseaux -Taier pâtre femelle

La fauvette grisette n’est pas en reste.

Oiseaux - Fauvette grisette

La linotte mélodieuse passe la majorité de son temps au sol pour se nourrir. De couleur assez terne, c’est un oiseau qu’on ne remarque pas. Mais, en période de reproduction le front et la poitrine du mâle se parent d’un beau rouge vif qui s’intensifie au fil de la saison. Ce qui rend l’oiseau beaucoup plus visible.

oiseaux - linotte mélodieuse

Le coucou gris est un parasite. Il profite des nids construits par les autres oiseaux et vient y déposer ses œufs. Il repère un nid avec une ponte récente, retire un des œufs présent et y dépose le sien à la place. Ainsi il laisse aux autres parents le soin d’élever ses petits ! A sa naissance, le jeune coucou éjecte du nid les autres oeufs ou oisillons.

Pour les parents adoptifs, souvent beaucoup plus petits, nourrir un tel jeune demande un travail considérable !

OIseaux- coucou gris

Les Oiseaux des zones sableuses

Ici les oiseaux se partagent le territoire avec les nombreux lapins présents dans le hâble.

Le plus courant c’est le traquet motteux. L’oiseau de prime abord est plutôt farouche. Mais si on s’allonge au sol, sans bouger, c’est lui qui finit par s’approcher.

oiseaux - Traquet motteux

Le Pipit, ou encore l’Alouette sont aussi présents.

Alouette des champs

 

Il serait bien trop long de vous faire un compte rendu exhaustif des espèces rencontrées. Car, j’en ai comptabilisé 63  et je suis loin d’être une spécialiste en la matière.

Le hâble d’Ault, n’est pas une exception. Tous les marais sont des zones d’une grande richesse.Alors si vous avez un marais près de chez-vous, n’hésitez pas à aller y faire un tour. Car vous y ferez de belles rencontres !

Si vous voulez lire les autres articles que j’ai écrits sur la baie de Somme c’est ici ou encore

Album  gamme pro chez SAAL DIGITAL

Album gamme pro chez SAAL DIGITAL

Il y a quelques semaines le site SAAL digital faisait la promotion pour sa toute nouvelle gamme pro appelée « Professionnal line »

J’ai déjà testé plusieurs produits de cette marque, vous pouvez retrouver ces tests ici  et

Suite à une publicité de l’éditeur j’ai posé ma candidature et  j’ai rapidement obtenu un bon d’achat d’une valeur de 60€ afin d’évaluer cette nouvelle gamme pro.

Album photo gamme pro

Critères de choix

1- Format et pages

L’album photo dans sa gamme pro se démarque par plusieurs critères.

Il n’y a pas de logo de l’éditeur ni de code barre sur le produit.

De nombreuses options pour la couverture sont proposées, simili cuir avec couleur et textures variées ou plus original une couverture acrylique. Mais l’originalité se paye et il faudra ajouter 5€ au prix de base du produit qui frôle les 60€. (59.95€)

60€ c’est donc le tarif de base pour un album photo en format  carré 21cm X 21cm avec 26 pages.

Personnellement je trouve ce format un peu petit. Bien sûr, on peut choisir un format 30X30 mais là encore le prix augmente considérablement et vous coutera 84.95€ avec 26 pages. De même si vous optez pour le format 30X40 (qui est le format que j’utilise habituellement) le prix s’envole à 134.95€ les 26 pages !

Là je dois dire que je tousse un peu! Je choisi donc de rester dans le format carré 21X21 mais de doubler le nombre de page pour passer de  26 à 52. Le coût théorique de l’album choisi est donc de 75.55€, avec couverture en simili cuir.

2 – Le papier

Un critère important pour faire imprimer un album c’est la qualité du papier.

Là les informations ne sont pas satisfaisantes. Il y a certes le choix entre 4 types de papier, papier photo mat ou brillant ou encore papier d’impression. J’aurai aimé en savoir plus sur la qualité du papier, connaître le grammage etc.

Sans ces informations j’ai fait un choix par défaut sur du papier d’impression mat.

La création de l’album pro

Il faut juste télécharger un petit module et ensuite toute la création se fait en ligne.

Il est possible d’utiliser la mise en page automatique ou de tout faire en manuelle et d’ajuster sa mise en page en fonction du format des photos sélectionnées.

L’outil de création est très ergonomique. Je n’ai rencontré aucune difficulté, c’est un bon point.

La commande

Une fois l’album terminé, il n’y a plus qu’à le glisser dans le panier de commande. Là, une ultime vérification est lancée via le logiciel.

Si des défauts de calage de texte ou d’images sont repérés, le panier ne peut pas être validé et chaque erreur est identifiée clairement.

Il faudra donc les corriger avant de valider la commande. Là aussi c’est un bon point.

Pour accompagner l’album, le site propose en option un beau coffret au prix de 40€ … Je sais que nous somme sur une gamme pro mais là aussi je trouve le surcoût vraiment important. Je ne vais donc pas prendre cette option.

La commande est lancée. Frais de port compris, le prix de cet album est de 80.5€. Mais, avec mon bon de réduction de 60€ le prix redescend à 20.5€.

La livraison

J’ai passé commande le 3 mai, la livraison est annoncée pour le 13 mai. Soit, 10 jours après la commande. Ce n’est pas si long que ça car, dans ces 10 jours il y a 2 WE et 1 jour férié. Donc au final le délai réel est de 5 jours ouvrés !

Finalement le colis est arrivé le 10 mai donc plus tôt que prévu !

L’emballage est soigné. L’album est dans une pochette en mousse avec des cartons de protections à chaque coin. Le tout est dans une pochette carton bien épaisse.

emballage de l'album gamme pro

La qualité de l’album gamme pro

Une fois le produit déballé, l’album gamme pro se dévoile.

Album gamme pro la couverture

Finalement le format fait moins petit que ce que j’ imaginais et l ‘album se manipule bien. La couverture est conforme à ce que j’attendais et sa texture est agréable au toucher;

Ouverture du produit et  déception, il n’y a pas de page de garde. La première page est collée directement sur l ‘intérieur de la couverture !

gamme pro pas de page de garde

J’avais déjà soulevé ce défaut lors du test sur l’album standard et  j’avais espéré que sur la gamme pro il serait résolu. Mais il n’en est rien c’est décevant.

Notez comme la sur-épaisseur (replis de la couverture) est bien visible et cela choque encore plus quand c’est une photo qui est imprimée.

C’est le cas pour  mon album la dernière page elle aussi est  collée sur la couverture !

gamme pro pas de page de garde

Le papier choisi par défaut est assez épais, mais je suis toujours incapable de vous donner le grammage ou autres précisions.

Les couleurs sont assez fidèles mais sur certaines photos j’ai du mal à retrouver le piqué de la photo d’origine.

Photos que j’ai déjà tiré par ailleurs et en plus grand format et dont je suis certaine de la qualité. Mais d’autres photos ont elles un très bon rendu.

Cela enlève de l’homogénéité à l’album.

Pour un album de gamme pro j’espérais un peu mieux.

Le point positif c’est l’ouverture à plat qui permet de mettre une photo étalée sur 2 pages.

gamme pro ouverture à plat

En conclusion

Le prix de cet album  de gamme pro est de 75.55€.

Franchement je suis un peu déçue et je trouve que le rapport qualité/prix n’est pas au rendez-vous.

Car à ce tarif là, on peut s’offrir un très beau livre en librairie. Alors même si là c’est un tirage unique, je trouve le prix trop élevé !

J’ai déjà fait des albums chez un autre éditeur. Je profite des promotions à 50% pour éditer des albums en format A3 (30X40).

J’ai en général un papier qualité photo en 300g et une cinquantaine de page, le prix me revient à 54€.

Et là je me retrouve en terme de qualité / prix et format.

Voici la comparatif entre ces deux albums, notez que sur le premier la première page n’est pas collée à la couverture !

comparatif gamme pro

Autant je vous recommande les tirages Didon chez Saal digital autant là pour l’album gamme pro, je dirai passez votre chemin ou choisissez la gamme en dessous.

J’espère que les tests des différents internautes vont permettre au produit d’évoluer dans le bon sens… et par pitié Saal digital,  ajoutez une page de garde !!

Les collimateurs me jouent des tours

Les collimateurs me jouent des tours

Les collimateurs, vous savez ce sont ces petits carrés visibles dans le viseur et avec lesquels on définit la zone de mise au point.

Et bien cette semaine, il m’est arrivé une mésaventure à propos des collimateurs…

Bon avant tout voici la photo que j’ai faite ce mardi soir (26 mars 2019)

chevreuil mauvais collimateur

Cette photo a une histoire, alors suivez moi dans les coulisses…..

Dans les coulisses

J’ai passé le WE sur Paris pour assister à une masterclass présentée par Didier et Teddy Bracard. Autant vous dire qu’après ça on est motivé  à bloc et je  n’ai qu’une envie aller sur le terrain faire des photos !

Il est 18h45, je n’ai pas beaucoup de temps mais je vais quand même aller faire un tour dans le bocage.

Je rentre dans un champ très fréquenté par les chevreuils mais ce soir il est vide. je veux le traverser pour aller voir si la parcelle suivante est occupée.

J’avance et arrivée au milieu, je jette par habitude un oeil sur ma droite dans le champ en contre bas. Je me fige, il y a un chevreuil. Quand je suis arrivée en voiture il y a 5 minutes il n’y avait rien.

J’espère qu’il ne m’a pas vue, je recule et décide rebrousser chemin pour rejoindre ce chevreuil.

Je n’ai pas le temps de m’attarder à ma voiture pour récupérer le trépied et le filet de camouflage.

J’avance le plus discrètement possible jusqu’à l’entrée du champ, ouf, le chevreuil est toujours là.

Je pose mon sas à dos, je m’allonge au sol. Puis, je fais  rouler doucement mon sac devant moi et je rampe pour avoir une vue dégagée sur le chevreuil.

Je prend le boitier et j ‘observe le sujet au téléobjectif.

C’est un beau brocard et qui plus est encore en velours!

Chevreuil au bord de la route - collimateurs

Certes il est mal placé, derrière lui j’ai la quatre voie et un panneau publicitaire. Je fais quand même une photo vite fait sans trop faire de réglage

Le chevreuil s’avance doucement et là je recadre. Il s’est déplacé l’arrière plan est bien meilleur.

Et là patatras 

Je veux changer le collimateur de place pour ajuster ma mise au point et là rien ne se passe!

Le collimateur reste désespérément en bas à droite dans le viseur.

Zut qu’est ce qui se passe? J’éteins et je rallume le boitier mais rien n’y fait, le collimateur est toujours bloqué. Je peste, tout se bouscule dans ma tête, mais il me fait quoi ce boîtier non d’une pipe !

Je fais quand même une 2ème  photo.

Chevreuil mauvais collimateurs

Le chevreuil reprend sa route et s’avance vers moi, zut zut zut.

Il faut que je trouve une solution, j’augmente les iso, je ferme un peu plus pour gagner en profondeur de champ, je sous expose de -0.3 pour gagner en vitesse et j’augmente mon nombre de collimateurs actifs sur le capteur.

C’est tout ce que je peux faire à l’arrache !

Heureusement pour moi le chevreuil est dans un plan presque parallèle à mon plan optique.

chevreuil mauvais collimateurs

Le chevreuil est très proche, pas question d’aller bidouiller dans le boitier. Il a capté ma présence mais je suis allongée au sol et pour le moment il ne m’identifie pas à un danger.

il broute tout en regardant régulièrement dans ma direction

chevreuil, mauvais collimateur

chevreuil mauvais collimateurs

Puis subitement il détale.

je ne comprends pas pourquoi, je me relève doucement et dans le chemin je vois arriver deux joggers . (au passage je crois que je leur ai fait un peu peur avec ma tenue de camouflage hihi)

Bon il est temps de regarder pourquoi je ne peux pas bouger mes collimateurs. Je regarde le boitier et là j’ai envie de me donner des claques !!

C’est juste le bouton de sélection des collimateurs qui est en position de verrouillage, verrouillage qui sert à bloquer exprès le collimateur sur une position déterminée!

Bref ce n’est pas le boitier qui déconne c’est la photographe !

En conclusion

Dans la précipitation je n’ai pas pensé à vérifier ce paramètre. Comme quoi il faut vraiment bien connaître son matériel.  Car, faute d’utiliser certains réglages régulièrement, on finit par ne plus avoir les automatismes.

Bon finalement je ne m’en suis pas si mal sortie mais j’aurai pu faire mieux si j’avais percuté avant !

Si je partage cette histoire avec vous c’est parce qu’il est certain qu’on apprend de ses propres erreurs mais c’ est également vrai qu’on apprend de celles des autres.

Alors j’espère que cette mésaventure sera utile à d’autres que moi.

Et vous, vous avez déjà été confrontés à ce type d’erreur? Si oui n’hésitez pas en partager votre expérience dans les commentaires.

Dans le Massif du Jura avec Fabien GREBAN et Grégory POL

Dans le Massif du Jura avec Fabien GREBAN et Grégory POL

Le massif du jura est un endroit magique.

Ce vaste terrain de jeu c’est celui de Fabien Gréban. Fabien est un excellent photographe, mais avant tout c’est un passionné qui connait parfaitement son terrain.

Au travers de ses stages Fabien nous fait découvrir sa région et partage son expérience photographique. Alors si vous souhaitez parfaire vos connaissances sur l’approche des animaux vous êtes au bon endroit.

Le choix de la saison

C’est la 4 ème fois que je viens chez Fabien. Et oui, on y est tellement bien qu’on en redemande ! Si vous le souhaitez vous pouvez retrouver un de mes précédents articles sur ce sujet ici.

Mais quelle est donc la meilleure saison pour venir un stage dans le massif du Jura?

Eh bien je dirai que tout dépend de votre intention photographique. Il faut donc se poser plusieurs questions. Et la principale c’est quel sujet je souhaite photographier. Car si votre choix se porte sur le blaireau, mieux vaut prendre la période où il est le plus actif et où les journées sont longues. Dans ce cas il faudra venir en été et non pas l’hiver avec 40 cm de neige ! Et si vous avez un doute en fonction du sujet choisi, demandez à Fabien, il vous conseillera parfaitement !

Cette année je veux photographier le renard et l’hermine, mais je les veux dans des paysages enneigés. C’est donc en plein hiver que je programme mon stage.

Grégory Pol a également une démarche photographique particulière. Il a besoin de photo d’hermine pour les intégrer à son futur livre qui paraîtra en avril. Comme c’est un ami, nous avons partagé ce stage.

Je voulais de la neige, nous avons été comblés. Les paysages dans le massif du Jura sont splendides, je ne m’en lasse pas !

massif du jura- sous le soleil

Massif du Jura - près du chateau de joux

massif du Jura - sur les hauteurs de Joux

Massif du jura, la combe aux deux soleils

Pour hébergement pendant notre séjour nous avons choisi le Gîte  » 3 pas dans l’herbe«  à Nods je vous le recommande vivement , le cadre et l’accueil sont top !!

Et dans le village de Nods il y a une petite épicerie avec tous les bons produits locaux, allez y faire vos courses !

Les rencontres dans le massif du Jura

L’hermine

L’hermine est un tout petit mammifère, elle mesure environ 25 cm de long et ne pèse que 200 à 400 gramme. Comme elle se nourrit principalement de campagnol, elle doit être svelte pour parcourir leur galerie sous terre. Pour repérer l’hermine il faut savoir reconnaître ses traces.

Repérage et consignes

massif du jura- traces d'hermines

Massif du Jura - traces d'hermine

La terre est fraîchement remuée car l’hermine a agrandit un trou pour accéder aux galeries des campagnols. Notez que plus les traces sont dispersées, plus l’hermine se déplace. Alors il vaut mieux privilégier les zones où les empreintes sont groupées. Cela augmente les chances d’observer l’hermine.

Pendant 3 jours, chaque matin, nous sommes allés à sa rencontre. Nous sommes sur site avant le lever du jour. Sur les consignes de Fabien, nous nous préparons pour un affût couché. Fabien nous positionne à une quinzaine de mètres de la zone d’activité de l’hermine. Allongés sur nos tapis de sol, le boitier sur le trépied, l’attente commence. Et cette attente peut-être longue, elle met le dos et les cervicales à rude épreuve. Alors comme il faut malgré tout rester vigilent, à tour de rôle nous nous accordons des petits moments de pause. Se tourner doucement sur le côté, ou encore s’enfouir la tête dans les bras, face contre terre permet de tenir.

Les conditions climatiques sont également à prendre en compte dans l’affût. Car nous avons eu une matinée de pluie, mêlée à de la neige fondue. Heureusement que nous avions des vêtements étanches et que nos boîtiers étaient équipés de housse de pluie ! De même, le dernier jour le temps était limpide, mais le froid mordant. Et, rester 2h sans bouger par  – 12°C n’est pas des plus facile. Rapidement on ne sent plus ses pieds ni ses doigts. Alors, quand dame hermine fait son apparition, il est difficile de faire fonctionner son boitier !

L’observation

L’ hermine est prudente, elle commence par pointer discrètement le bout de son museau.

massif du Jura- hermine

Un conseil, ne la perdez pas de vue! Elle est d’une agilité et d’une rapidité incroyable. Sous terre comme elle se déplace dans les galeries des campagnols, elle dispose d’un vaste réseau. Elle peut ressortir 10 cm à côté comme 5 m plus loin. Il ne faut donc pas rester l’œil rivé à son boitier!

Massif du Jura Hermine

Hermine - Massif du Jura

Hermine - Massif du Jura

Tiens, voilà une drôle d’hermine…..

Une fois en confiance elle se déplace en surface et bien souvent elle se livre à cette occasion à des cabrioles les plus folles !

Bon l’hermine a terminé son show, nous scrutons la prairie pour voir si elle va ressortir mais non. Il nous faut plier bagage….

sur le site de l'hermine - massif du Jura

C’est maintenant l’heure de rejoindre le site d’observation du renard….

Le renard

Dans le massif du Jura, la population de renard est encore bien présente. C’est en partie grâce aux actions menées par « Le Collectif Renard grand Est » . Ainsi, petit à petit les mentalités évoluent et certains agriculteurs prennent aussi la défense du renard.

Le renard c’est un animal que Fabien connait bien et il est capable de localiser bon nombre de terrier sur son territoire. Et ce, bien mieux que la station essence la plus proche quand le réservoir de la voiture est presque vide, pas vrai Fabien   😉  !

Pour se poster il nous faut crapahuter un peu dans la neige. Là, J’avoue, je suis bien moins aguerrie que mes « petits camarades ». Et ils n’ont aucune difficulté à me distancer. Mais bon prince, Greg ralentit. Comme ça j’ai un peu moins l’impression d’être à la ramasse !

Nous arrivons au sommet d’une magnifique combe. C’est un paysage typique du massif du Jura. Été comme hiver il est très agréable de se promener, de combe en combe.

La combe des renards - Massif du Jura

C’est la saison du rut alors les renards sont assez actifs et ce dès 13h. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il y a de nombreuses traces de passage.

Alors il n’y a pas de temps à perdre. Donc, chacun organise son affût à la lisière du bois.

l’affût

L’attente commence….

Et pour une fois elle est de courte durée. En effet moins de 30 minutes après notre installation, un renard apparaît !

Renard - Massif du jura

Lentement il approche vers nous. Son pelage roux est sublimé par la blancheur de la neige et cette vision et féerique !

Ce renard est superbe, j’ai rarement vu une fourrure aussi épaisse. Mais il faut dire qu’ici les températures sont bien plus froides qu’en Normandie.

Il se promène, mais que fait-il au juste? Tantôt assis tantôt debout il écoute et regarde autour de lui. Attend-il un congénère?

Il regarde ensuite dans notre direction, je ne sais pas s’il nous a capté. Pourtant nous n’avons pas bougé mais renard à l’ouïe fine.

Il a peut-être entendu les déclenchements de nos boîtiers.

Renard - massif du Jura

Alors il s’éloigne. Mais sans affolement, juste prudent, il restera plus loin dans la combe pendant plus d’une demi heure.

Malheureusement le beau temps n’attire pas que les renards et le reste de l’après midi sera perturbé par des promeneurs en raquette.

L’un d’eux traverse la prairie en plein milieu, arrivé au niveau d’un bosquet il fait fuir un renard qui sortait sans doute de son terrier.

Le dérangement est fortuit mais, l’individu ne s’arrête pas là. Il va fouiller avec ses bâtons dans le terrier !

promeneur raquette- massif du Jura

Ce comportement est beaucoup plus critiquable. D’autant, que 2 jours plus tard, il recommence. Et cette fois, sciemment il jette des boules de neiges dans le terrier.

Hum, le site semble bien compromis, j’espère que tout va vite redevenir calme car cet endroit est un très beau spot et les renards méritent d’y évoluer en paix.

Ce jour là pour notre part nous avons quand même croisé un joli renard qui faisait la sieste au soleil……

Épilogue

Au vu du dérangement, Fabien nous fait quitter le site un peu plus tôt que prévu. Nous terminons la fin d’après midi à tourner en voiture à la recherche d’autres renard mais sans succès.

Nous en profitons pour admirer les beaux paysages que nous offre le massif du Jura.

Les 3 jours de stage sont passés trop vite. Mais, nous avons passé de bons moments entre amis et en compagnie des animaux.

Alors le rendez-vous est pris pour l’an prochain, toujours dans la neige. Et pour patienter, nous avons dans les boîtiers et les têtes tout plein de belles images …..

 

Exposer, une étape pour tout photographe.

Exposer, une étape pour tout photographe.

Exposer ses photos c’est pour tout photographe débutant une sorte de Graal.

Lorsque j’ai débuté la photo animalière il y a 5 ans, je n’imaginais pas un instant que je pourrai un jour exposer mes photos à côté de professionnels.

La progression photographique  est un processus qui peut être long. Alors, accrocher  ses photos dans une exposition c’est comme une récompense !

Fin 2018, j’ai eu l’opportunité d’exposer à deux reprises.

Ma première expo.

En 2018 j’ai adhéré au club photo « Les Photophiles de Villennes ». Ce club situé en île de France est bien loin de chez moi ! Mais, j’ai plusieurs amis qui en font partie. En adhérant  je peux ainsi participer aux manifestations et concours auxquelles les Photophiles participent. A ces occasions, je rencontre d’autres photographes ce qui est très enrichissant.

Chaque année, le club organise une exposition sur le thème « la nature en scène ».

Exposer à la nature en scène"

A chaque fois, il y a un invité d’honneur. Cette année c’est Grégory POL .  Il nous présente sa nouvelle exposition  » Un nouveau souffle » en avant première.

Certes, à cette occasion j’ai exposé 6 photos. Mais, je n’ai pas eu a réfléchir et m’organiser pour exposer. En effet, comme je suis loin, c’est mon amie Karin Caporal qui s’est occupée de tout pour moi.

Je me suis contentée d’envoyer mes fichiers TIFF et Karin a géré les tirages (avec Pascal Fouque). Elle a mis les photos sous cadre et accroché le tout pour l’expo !

Je n’ai eu qu’à venir pour le vernissage, merci Karin !

Voir mes premières photos exposées et pouvoir échanger avec les autres photographes ainsi que le public c’est déjà une immense satisfaction !

exposer à nature en scène

Mais tout ne s’arrête pas là !

Ma deuxième exposition

Eh oui ça continue ! En effet, en juin dernier j’ai été contactée par M Lepetit, adjoint au maire en charge de la culture sur la commune de Démouville.

Démouville (dans le Calvados, près de Caen) organise son 2ème « Salon Photo de la Faune Sauvage ».

M Lepetit me demande si je suis intéressée pour participer et exposer à Demouville. Bien sûr, j’accepte avec grand plaisir.

Tout comme à Villennes, il y a un invité d’honneur c’est  : Eric Médard . Il présentera son exposition « Passeurs de lune » . Une exposition magnifique que j’ai découverte lors d’un salon il y a deux ans.

exposer affiche salon Demouville

 

Préparer l’expo

Bon maintenant que j’ai accepté, il faut se montrer à la hauteur et bien se préparer. Car là je suis toute seule à m’atteler à la tâche.

Tout d’abord je liste les différents points que je vais devoir aborder :

1- Quel thème choisir

2- Quel format pour les tirages et éventuellement les cadres

3- Sur quel support imprimer

4- Combien de photos je dois et je peux présenter

5- Comment je vais agencer mon exposition

6- Quel matériel je dois prendre pour l’accrochage

Toutes ces questions ne doivent pas vous faire peur. Elles sont essentielles à la préparation de l’exposition. Et il vaut mieux y avoir répondu avant d’arriver le jour J pour l’accrochage!

Le thème : 

C’est le point de départ mais aussi le fil conducteur de l’expo. A Villennes j’avais choisi les oiseaux du bord de mer. Mais comme je photographie aussi bien les oiseaux que les mammifères j’avais envie de montrer les deux. J’ai donc choisi de lier l’exposition à ma région, Le Cotentin. Une terre faite de bocage mais aussi entourée d’eau. Mon exposition s’appellera donc : « Cotentin, entre Terre et Mer »

Le format : 

Pour exposer il est recommandé de ne pas avoir de petits formats. D’ailleurs le souhait de M Lepetit est d’avoir des tirages en grand format type 40cm X 60cm. Voilà qui m’arrange bien  car c’est ce format que j’ai choisi pour faire mes précédents tirages.

Le support d’impression :

Les cas les plus fréquents sont soit les tirages collés sur Dibond soit les tirages papiers exposés sous cadre. C’est cette dernière option que j’ai choisi. Je trouve que le cadre habille la photo et la met en valeur. Par contre le coût est plus élevé. Mais les cadres sont un investissement. ils vont resservir sur plusieurs expositions. Pour cela il faut en prendre bien soin et bien les protéger pendant le transport et le stockage.

Pour mon papier j’utilise un papier fine art pour tirage d’art de chez Hahnemühle ( réf : Photo Rag Bright White 310 gr). C’est un papier mat. Certes, le rendu des couleurs est un peu moins contrasté mais il fait ressortir la douceur dans les photos. Pour compléter j’ajoute un passe partout qui donne du relief et je présente la photo dans un cadre.

Pour le cadre j’ai choisi le modèle C2 de la marque Nielsen en alu noir de taille 50cmX70cm. Il ne faut pas hésiter à choisir un cadre de qualité si on veut le garder longtemps…..Mais comme tout ceci coûte cher je recommande d’investir un peu au fil du temps pour se constituer une collection de cadre et de passe partout.

Le nombre de photo à exposer : 

Il dépend de l’espace mis à votre disposition. Ici je disposais de 4 panneaux de 1.5m X 1.5m. Au regard de la taille de mes cadres je pense pouvoir présenter une douzaine de tirages. Comme je possède déjà 8 cadres, je n’en ai plus que 4 à acheter. je prends soin de les commander un mois avant l’exposition chez l’encadreur près de chez moi.

Agencer son exposition :

C’est ce point qui m’a posé le plus de questions du coup j’ai un peu traîné à le traiter. Mais pour finir, j’ai pris une feuille de papier. J’ai tracé à l’échelle la surface disponible pour accrocher. Puis, j’ai découpé des bouts de papier couleur à l’échelle de mes cadres. Ensuite je simule l’agencement des photos en fonction du thème et du format. Les photos en verticale permettent d’aérer l’ensemble.

Voici la maquette :

Exposer la maquette

Je suis assez satisfaite du résultat, sauf que……. là j’ai 14 cadres et pas 12 ! On est à quelques jours de l’exposition et il faut trouver une solution.

Bien sûr je peux en retirer 2 mais cela ne me satisfait pas. Je décide donc  d’aller en racheter deux. Ouf il en reste ! je peux exposer tous les tirages que je souhaite. J’affinerai à l’accrochage.

Le matériel d’accrochage :

 Il dépend du support où seront fixés les cadres.  En amont, j’ai demandé une photo des panneaux. Ils sont en bois et peints en blanc. Les organisateurs ont tout le matériel nécessaire à l’accrochage mais ce n’est pas toujours le cas et  parfois il faut tout apporter.

Ici nous avions des chaînettes d’un mètre de long. L’extrémité de la chaînette est reliée à un crochet à ardoise. Ce qui permet de la fixer sur le panneau. Ensuite il faut positionner des crochets métalliques en forme de S sur les maillons pour accrocher les cadres.

exposer - système d'accrochage

Pour les puristes qui souhaitent quelque chose de plus discret, il est possible de remplacer la chaînette par du fil de pêche solide!

L’accrochage

Voilà on y est. La veille du salon je suis sur place pour l’accrochage. c’est le moment de découvrir l’espace qui m’est réservé.

Puis, je m’attelle à la tâche, car je dois monter mes 14 cadres. J’ai choisi d’exposer sans mettre le verre des cadres. Pourquoi? Parce qu’ils ne sont pas anti-reflets et en fonction de l’éclairage la lecture de la photo peut être très perturbée.

Je suis donc obligée de transporter mes tirages dans un carton à dessin. Cela signifie que je dois monter chaque cadre pour exposer. Insérer la photo, ajouter le passe partout, remettre le dos du cadre. Tout cela prend un certain temps ! Ensuite, il faut ajuster les cadres sur les accroches, plus facile à dire qu’à faire. Mais, au bout de quelques essais on finit par trouver l’astuce.

exposer- début de l'accrochage

2h plus tard, tout est fin prêt, mes 14 photos sont en place.

exposer - le stand

J’ai également une table sur mon stand. Dessus je dispose des moulages d’empreintes, mes cartes de visites, des photos en format carte postale, un album photo que j’ai fait sur les oiseaux et pour finir un cahier qui sera mon livre d’or pour recueillir les avis du public.

Exposition le jour J

L’exposition dure 3 jours, du vendredi au dimanche.

30 min avant l’ouverture  tous les exposants sont fin prêts à recevoir les premiers visiteurs.

exposer - la salle et les exposants sont prêts pour recevoir le public

Ce vendredi c’est le jeune public qui est à l’honneur. Les élèves des écoles voisines se succèdent. Des plus petits au plus grands tous sont intéressés!

Renardeaux, écureuil et oiseaux ont la faveur des enfants.

De même, la petite animation sur les moulages d’empreintes des animaux les intéresse aussi beaucoup.

exposer -moulages d'empreintes

Les élèves se succèdent sur les stands.

Avec Eric Médard pour "Passeurs de lune"

Avec Eric Médard pour « Passeurs de lune »

 

Avec Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont pour "Reflets de Cerfs"

Avec Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont pour « Reflets de Cerfs »

 

Les loups Polonais de William Duvernoy fascinent le jeune public

Les loups Polonais de William Duvernoy fascinent le jeune public

 

Michaël Adam et son harfang des neiges

Michaël Adam et son harfang des neiges

 

Le reste du weekend sera consacré au public adulte. J’ai eu l’occasion de longuement échanger avec les visiteurs.

échange avec le public

Certains veulent savoir comment sont réalisées les photos, si cela prend beaucoup de temps. D’autres posent des questions plus techniques, sur le matériel utilisé ou encore sur les réglages, la gestion de la lumière. On croise des amateurs éclairés comme des néophytes. Mais tous ont un regard bienveillant.

l'oeil du maître

l’œil du maître, se porte sur la qualité des tirages….

 

En conclusion

Exposer c’est une magnifique expérience.

Merci à Eric Médard, Emmanuelle Roger et Frédéric Dupont pour les moments que nous avons partagés au gîte (promis je vais m’améliorer en patinage artistique..)

Je remercie la mairie de Demouville et particulièrement Jean-François LEPETIT qui organise ce salon.

Merci aussi aux amis qui sont venus parfois de bien loin (île de France ou Rouen) pour voir mon expo.

Merci aussi à tous les visiteurs qui ont bravé les grèves et le verglas sur les routes pour nous rendre visite.

Les petits mots laissés dans mon livre d’or m’accompagnent et m’encouragent à poursuivre mon chemin de photographe animalier.

livre d'or

J’ai construit ma drink station

J’ai construit ma drink station

Ma drink station est faite !

J’ai cette idée dans la tête depuis environ un an. Car, en juillet 2017 je suis allée  avec des amis  partager une drink pendant 3 jours. Cette expérience m’avait bien plu.

J’en avais fait le récit, vous pouvez donc le retrouver ici.

Pourquoi construire ma drink station?

C’est avant tout pour le côté pratique. Je peux désormais utiliser ma drink station quand je le souhaite. Mais aussi sans faire beaucoup de kilomètres et je n’ai pas nécessairement besoin d’avoir beaucoup de temps libre pour en profiter. Je peux y aller pour une heure ou beaucoup plus en fonction de mes disponibilités.

Ensuite comme beaucoup de photographes animaliers (mais aussi promeneurs) je suis contrainte en période de chasse de limiter mes sorties photos dédiées aux mammifères. J’ai quand même la chance de pouvoir me rabattre sur le bord de mer. Mais, les marées ne sont pas toujours propices à la photo.

Jusqu’à présent je pallie par la mise en place de mangeoires pour les passereaux  entre décembre et mars. En ajoutant une drink station j’espère attirer d’autres espèces et aussi avoir d’autres scènes d’action à photographier.

La construction de ma drink station

Le but de l’opération est de construire une drink sans se ruiner !

Pas question donc de copier la drink que j’ai visité en 2017.

Qui dit drink dit aussi affût. Il y a deux ans, j’ai construit un petit affût fixe pour observer les passereaux à la mangeoire. Là encore rien de coûteux. C’est juste une ossature en bois que j’ai recouverte avec une bâche plastique verte qui est agrafée sur la structure.

l'ossature bois de l'affût

Je vais donc pouvoir placer la drink devant cet affût. Mais je dois tenir compte des contraintes qui y sont liées. En effet pour conserver l’intérêt de la drink il faut que l’appareil photo soit placé au niveau du plan d’eau. La drink doit donc être à la même hauteur que la fenêtre de mon affût soit ici 70 cm. Le bassin sera donc sur pied.

Le matériel utilisé

Pour la construction, j’utilise au maximum du matériel de récupération. Les pieds sont d’anciens piquets de clôture. La base était pourrie, je l’ai coupée pour ne garder que la partie saine. Pour le plateau, j’ai profité que ma sœur change son abri de jardin. je n’ai plus qu’à trier les planches et les récupérer pour construire mon plateau. J’ai aussi besoin d’une petite planchette, que je trouve sans mal dans mon garage… Le reste du matériel je l’achète :

  • quelques tasseaux pour faire le cadre du bassin
  • des visses de différentes tailles
  • une bâche pour bassin à poisson (2mX3 m)

Bref l’ensemble coûte environ 60 -70€

La construction

La première étape consiste à assembler le plateau. Il mesure 2.4m de long pour un peu plus d’1m de large.

le plateau de la drink

Le plateau est vissé sur des traverses qui proviennent de la grande palette sur laquelle le nouvel abri de jardin a été livré.

Tout se récupère je vous dis !

Ensuite il faut fixer les pieds. Ça commence à prendre forme…

le plateau de la drink

Bon maintenant, si on veut mettre de l’eau il faut faire un cadre. Mon bassin fera 2m de long et 1m de large. Ainsi, je garde au bout une plateforme de 40 cm par 1 m. Cette surface me permet de garder un espace pour que les oiseaux se posent. Bien sûr cette zone sera décorée.

Le cadre du bassin ne doit pas être très haut. Je n’ai pas besoin d’avoir de la profondeur. Une dizaine de centimètre me semble suffisant. Si je mets plus il me faudra plus d’eau pour remplir le bassin. Cela fera aussi plus de poids à supporter pour la structure. Il ne faut pas non plus noyer les oiseaux ! Voilà pourquoi, j’ai installé un petit plan incliné. Il y a donc une pente douce qui permet aux petits oiseaux d’accéder au plan d’eau sans perdre patte !

le bassin est délimité avec un accès en pente douce

Il n’y a plus qu’à recouvrir le tout avec la bâche spécial bassin. Je fixe la bâche avec quelques clous et le tour et joué !

Positionner la drink et la décorer

Je transporte la drink jusqu’au champ et je la positionne devant l’affût. il faut vérifier qu’elle est bien de niveau et ajouter des cales si nécessaire.

Attention aussi à ne pas positionner la drink trop près de l’affût. En effet il faut penser à s’aligner sur la distance de mise au point minimum de l’objectif qui sera utilisé pour les prises de vue. Dans mon cas la distance entre le bord de la drink et l’affût est de 2.4 m.

positionnement de la drink

L’étape suivante c’est la mise en eau. Pour remplir ma drink station j’ai mis 70L d’eau.

Enfin, il faut ajouter un peu de décoration pour rendre le tout plus naturel.

il faut décorer la plateforme avec de la mousse

Je commence par mettre de la terre sur la plateforme et je recouvre de mousse.

Puis j’habille les côtés avec des branches…

la déco est presque finie

Sur le côté j’ajoute un piquet et des souches au pied. Avec un peu de chance un pic ou une buse viendra se poser….

Je vais pouvoir disposer des graines cachées dans les mousses, les branches et les souches.

vue d'ensemble de ma drink station

Pour finir je mets une branche qui part sol et repose sur la drink, cela donne un accès pour les petits mammifères.

J’ai également construit une boite que j’ai fixée sur un piquet. je la place près de la drink mais en dehors du champ de prise de vue principal.

Dans cette boite je peux stocker assez de graines pour nourrir les oiseaux même si je ne viens pas pendant plusieurs jours. Ainsi, les oiseaux vont prendre l’habitude de venir se nourrir et petit à petit ils vont adopter les lieux.

Tester la drink

Je me poste dans l’affût pour vérifier que tout est bon et au bout de 20 minutes mon premier visiteur arrive !

le 1er visiteur de ma drink station est un rouge gorge

D’autres viendront c’est certain, il faut juste être patient!

Et vous? avez-vous aussi envie de construire votre drink station?

Utiliser et améliorer

Après quelques semaines d’utilisation, les oiseaux arrivent de plus en plus nombreux.

Je me rends vite compte qu’ils ont tendance à éparpiller les écorces des graines sur le bassin. Donc, pour garder l’eau la plus propre possible j’ai acheté une mini épuisette pour aquarium.

Cela me permet d’éliminer les débris de graines de tournesol qui flottent à la surface de l’eau et qui ne sont pas jolies sur les photos…

Une autre amélioration consiste à mettre au centre du bassin, une jolie pierre recouverte de mousse. Celle-ci affleure juste en surface. Comme ça , les oiseaux peuvent s’y poser pour boire facilement et j’ai ainsi un joli reflet!.

error: Hey ! Ce contenu est protégé :-)
Ne ratez pas mes prochains articles !

Ne ratez pas mes prochains articles !

Inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter pour recevoir avant tout le monde mes nouveaux articles

Votre inscription est validée !