Sélectionner une page
Rencontre photographique en baie de Somme- Épilogue en apothéose

Rencontre photographique en baie de Somme- Épilogue en apothéose

Samedi 16 avril
Debout 7h30, il ne faut pas traîner, Régis reprend la route dans une heure, tous le monde est debout pour prendre ensemble le dernier petit déjeuner de l a semaine.
Il faut maintenant charger les véhicules.
Comme par hasard, c’est toujours à ce moment là que les clefs de voitures disparaissent, pas vrai
Régis ?
C’est l’heure du départ, Régis s’en va.
Nous finissons de ranger le gîte, nous mettons un point d’honneur à tout laisser clean car même si nous avons pris le forfait ménage ce n’est pas une raison pour laisser du bazar.
9h30, nous partons à notre tour.
Le temps est couvert et il y a du vent donc nous décidons de ne pas retourner sur le site des panures car nous n’avons que peu de chance de les observer.
Direction le hâble d’Ault, dès l’entrée du marais nous rencontrons le hibou, il vole sur différentes pâtures, tantôt proche tantôt loin.
Karin et moi décidons de nous mettre à l’affût au pied d’un arbuste, Benoît reste à observer depuis la voiture.
Je déplie ma tente Tragopan, Karin y accroche son filet et l’attache à l’arbuste à l’autre extrémité.
Nous sommes prêtes….
Je récite la « prière au hibou » « allez petit hibou, soit gentil, vient nous voir, pose toi sur le piquet là juste devant…. »
Le temps passe, rien, point de hibou, un phragmite est bien présent dans les joncs juste derrière nous, il chante sans arrêt.
Un oiseau arrive vers nous haut dans le ciel, le hibou?
Non c’est un faucon crécerelle, il fait plusieurs vols stationnaires et des descentes en piquet.
J’arrive à le saisir lors d’un décollage .

Le faucon reprend son vol stationnaire, pique à nouveau et se pose dans l’herbe, je le perd de vue, un héron en vol détourne mon attention.
Karin s’écrie « il a attrapé une proie, vite Laurence regarde il est juste devant ! »
Et moi bêtement je le cherche avec l’oeil dans l’objectif ! l’autofocus patine, je peste je ne le vois pas!
trop tard il est reparti!
Mais quelle idiote je fais! je m’en veux à mort, j’ai raté LA PHOTO du séjour!
Heureusement que Karin est là, demandez lui de vous monter sa photo, celle du faucon posé juste devant, sur le fameux piquet en train de dévorer son mulot !
La pluie commence à tomber, nous rangeons le matériel.
Nous rejoignons Benoît qui s’est régalé car en plus du spectacle du faucon il a eu tout le loisir d’observer le hibou qui volait au ras du sol dans la parcelle derrière nous…….
Nous allons manger dans un très bon resto à Ault.
Le soleil revient, pas question de partir maintenant, nous retournons à l’affût, aller encore une heure….ou deux…..ou…..
Cette fois nous ne prenons pas la tente juste les filets, pas de sièges non plus, nous nous asseyons par terre.
Mauvaise idée, le sol est bien mou et très humide, je récupère dans mon sac un petit bout de tapis mousse.
Nous sommes très bas au niveau de l’herbe avec un champ de vision assez restreint, c’est donc Benoît qui joue les guetteurs depuis la voiture.
Il nous appelle sur le portable pour nous signaler l’arrivée du hibou.
Il se pose dans l’herbe bien caché et reste un long moment sans bouger, il ne semble pas nous avoir repéré, en tous cas nous ne le dérangeons pas.

il fera de nombreux passages, impossible de nous résoudre à partir….

il est plus de 18h, cette fois c’est fini, il faut renter à la maison.
J’ai environ 5h de route, Karin et Benoît m’invitent bien gentiment à dormir chez eux ce soir, cela rallonge le trajet mais je vais faire la route en deux étapes et être bien reposée pour repartit demain matin.
Ce séjour a été génial, tout le monde était sur la même longueur d’onde.
Je crois que pour tous c’était une première de faire une semaine avec pour seul but la photo.
Une vrai réussite, que cette 1ère rencontre Auxois Nature.
Allez, c’est quand la prochaine ?
Rencontre photographique en baie de Somme – Les expositions du Crotoy

Rencontre photographique en baie de Somme – Les expositions du Crotoy

Expo au Crotoy

Vendredi 15 avril
Il ne faut pas oublier que nous avons organisé cette semaine pendant »le Festival de l’oiseau ».
Les grandes expos des professionnels ont lieu sous Chapiteau sur la commune du Crotoy.
Les exposants sont présents sur 3 jours. Le vendredi est idéal pour éviter la foule du week-end et profiter pleinement des photos sur les différents stands.
Le stand Canon propose le nettoyage de capteur gratuit. Malheureusement ce n’est pas le cas pour Nikon et encore moins Pentax.
 Rencontre avec les exposants
Nous déambulons de stand en stand, les photos sont très belles, nous avons la chance de rencontrer Didier et Teddy Bracard.
L’expo de Teddy sur le renard est magnifique et Didier Bracard est vraiment très sympathique. Il nous raconte le suivit qu’ils ont fait sur une femelle chat forestier et ses petits, c’est passionnant !
Plus loin nous retrouvons Lorraine Bennery que nous avons croisé à plusieurs reprises en fin de journée dans le marais. Son expo a pour thème « Le kamasutra des petites bêtes »
je vous donne l’adresse de son site internet :
L’expo de Christophe Ravier sur le grèbe est une de mes préférées.
Les photos sont prises depuis un affût flottant et cela donne vraiment envie de tester cette technique !
Nous avons l’occasion d’échanger aussi sur les spots photos de la baie se Somme. Nous communiquons les coordonnées pour voir le hibou des marais à Teddy  et  Karl Gillebert (http://delucine.com/)   nous  indique un spot pour le panure à moustache.
Les infos sont directement notées sur les portables !

Expo de Karl Gillebert

Nous faisons le tours des stand et Régis repart un maximum de contact pour de futures interview sur Auxois Nature !
Avec tout ça il reste tout juste le temps de passer à la salle des fêtes où sont exposées les deux photos de karin.  En fait il faut avouer qu’au passage nous nous sommes arrêtés pour acheter quelques bières et des gâteaux battus spécialités locales ! mais c’est pour la bonne cause, il faut bien aussi découvrir les spécialités locales …
Cet l’après midi nous décidons d’aller à Noyelle dans le marais où sont normalement les panures à moustaches.
A la recherche du panure
le marais est magnifique

Mais le ciel est couvert et il y a beaucoup de vent qui agite fortement les roseaux
Nous finissons par repérer le vol des panures, c’est un vol rectiligne juste au sommet des roseaux.
Mais les panures sont très rapides, impossible de les saisir en vol.
Pourtant ils sont là tout près, parfois à quelques mètres leur chant résonne.
Impossible de les saisir sur « pellicule » car ils restent au pied des roseaux. Le vent les dissuade sans doute de se poser en haut des tiges.
Pour passer le temps je photographie une touffe de chardons.

Karine reste concentrée

Aujourd’hui nous rentrons bredouilles , à part une photo du train vapeur qui passe sur la voie ferrée  toute proche ….

Retours au gîte, demain c’est le départ pour Régis nous nous restons encore une journée.
Enfin c’est ce que nous pensions car au retour de Régis qui était parti régler la location, nous apprenons que la nuit de samedi n’est pas comprise. Nous allons donc tous devoir partir demain matin.
Grosse déceptions, mais, comme nous avons moins de route que Régis , Karine Benoît et moi décidons d’aller de nouveau dans le marais d’Ault demain pour voir une dernière fois le hibou.
Rencontre photographique en baie de Somme – Les phoques de Berck

Rencontre photographique en baie de Somme – Les phoques de Berck

Berck plage
jeudi 14 avril
Comme tout le monde n’a pas vu les phoques dimanche dernier, nous décidons d’aller passer la matinée à Berck.
Le circulation est beaucoup plus fluide et nous arrivons sans encombres jusqu’au parking à 200 m de la plage.
Il est 10h30 mais il y a déjà un peu de monde sur la digue.
La mer sera basse à 13h, un groupe d’une douzaine de phoque est déjà posé sur le banc de sable en face.
Nous nous installons, la mer descend  doucement.
La foule commence à arriver c’est un défilé perpétuel sur la digue. Mais, comme les gens vont et viennent, le flux et régulier et ce n’est pas la cohue !
L’arrivée des phoques
Des cri s’élèvent  « regardez, regardez il y en a qui arrivent ! » »
En effet les phoques quittent le haut de la plage au loin. Ils descendent le bras de mer pour se réfugier sur le banc de sable qui restera entouré d’eau même à marée basse.
Ici, ils sont en sécurité, à la fois tout proches mais aussi à l’abri de l’Homme.
ils arrivent par petits groupes, nageant et sautant avec une aisance incroyable !

Mais une fois posés sur le sable ce sont des gros patauds !

Berck, les phoques sur le banc de sable

Les conditions de lumières ne sont pas terribles, nous avons le soleil en face. De plus,  la lumière est dure et se reflète sur l’eau.
Mais personne ne laisserai sa place. Car les phoques de Berck, on ne se lasse pas de les observer et de photographier.
Karin est aux taquets !

Au final  c’est 49 phoques qui sont arrivés sur le banc de sable !

Berck, les phoques sur le banc de sable

Phoques alignés, top départ !

Les cormorans
De l’autre côté de la digue des cormorans pêchent de petits poissons .
Nous nous fixons un petit challenge. Arriver à photographier un cormoran avec sa prise dans le bec, voilà le défit!

cormoran

Mission accomplie !

cormoran avec poisson dans le bec

La pause
Vers 13h nous décidons d’aller manger au petit resto que nous avions testé dimanche.
Cette fois il reste des vivres !
Nous faisons un mixe de salades de moule, de frites et nous dégustons un Welsh.
C’est une spécialité locale cuite dans une poêlon. Une tranche de pain grillé trempée dans la bière puis recouverte de Chedar fondu , hum délicieux !
Après le repas, Monique et Philippe nous quittent pour rentrer sur Paris.
Au marais
Pour finir l’après midi nous décidons de repartir dans le marais.
Mais le temps se couvre, il fait tout gris.
Nous restons donc dans les voitures à l’ affût et bien à l’abri !
Un gorge bleue vient se poser tout près .

Le hibou passe aussi

Mais ce soir la lumière décline trop vite. Nous plions bagages vers 17h30 car le temps se dégrade, la pluie arrive.
Demain nous irons voir les expositions au Crotoy .
Rencontre photographique en baie de Somme – Le marais du hâble d’Ault

Rencontre photographique en baie de Somme – Le marais du hâble d’Ault

Dans le marais du Hâble d’Ault

Hier, karin a eu un tuyau, si nous allons dans la marais du Hâble d’Ault, il y  a une grande  chance de voir du hiboux des marais.                                                                                                                               Voilà une information qui motive fortement la troupe pour se lever aux aurores et être à 7h30 sur zone !

Nous stationnons sur un chemin au milieu du marais.
L’endroit est un peu particulier, c’est une zone humide protégée qui est à la fois la propriété du Conservatoire du Littoral mais aussi de l’Office National de la Chasse !
Des vaches Highlands broutent dans les prairies, il y a de nombreux gabions de chasse au bord  des plans d’eau.
Prospecter
Où aller? Comme nous sommes 5, il n’est  pas possible de rester tous ensemble.
Régis s’installe au bord d’une roselière  où un cygne sommeille.

Cygne endormi dans le marais du Hâble d'Ault

Après un moment d’hésitation chacun choisit son chemin, nous ne connaissons pas le site alors un peu de billebaude s’impose.
J ‘entre dans une prairie et je rejoins une zone sablonneuse.
Des lapins détallent dans tous les sens.
La zone est assez plane, il n’est donc pas facile de se cacher et le vent ne m’est pas favorable.
J’approche doucement mais les lapins s’enfuient.
Les passereaux sont plus coopératifs, un pipit sur un piquet me laisse l’approcher.

Plus loin un Traquet motteux sautille dans l’herbe rase.

Je me dirige vers une roselière, les joncs sont denses.
J’observe le manège d’un petit oiseau, il chante fort, s’élève au dessus des joncs puis plonge dans la roselière  et de temps à autre  grimpe le long d’un roseau.
Je guette, il est rapide le bougre, l’autofocus patine, pas moyen de faire la mise au point sur l’oiseau!
Les minutes défilent, je me cale sur un piquet, je désactive l’autofocus et  passe en MAP manuelle.
Il y a un léger vent, les roseaux ondulent, l’oiseau suit le mouvement….
Je fais plusieurs essais, puis enfin ça y est l’oiseau est bien placé, suffisamment stable,  je fais la mise au point et voilà un joli Phragmite des joncs !

aller encore une autre !

En binôme
Il n’est pas loin de 11h et je décide de rebrousser chemin.
Je croise Greg qui lui à vu le hibou des marais, mais pour le moment il ne l ‘a pas encore pris en photo.
Mais au moins nous savons qu’il est bien là !
Il fait grand soleil, la lumière est dure, mais nous partons tout de même voir les petits lapins.
Nous avançons en rampant  tout doucement, des lapereaux somnolent au soleil .

Débriefing

Nous rejoignons nos camarades car il est temps de faire la pause déjeuner à la petite friterie juste à côté.
C’est l’occasion d’échanger sur nos observations qui sont variées et très intéressantes.
Benoît a vu des gorges bleue !
Hibou des marais et gorge bleue voilà un programme qui nous inspire bien.  Car c’est décidé, cet après midi nous retournons dans le marais du hâble d’Ault.
Normalement nous avions rendez-vous sur les expositions avec Philippe et Monique qui se joignent à nous pour les prochaines 48h.
Mais il fait tellement beau que nous les contactons pour changer le programme. Nous  restons pour profiter du beau temps et faire de la photo et on se donne rendez-vous le soir au gîte.
Observer à l’affût
Le hibou passe à plusieurs reprises au dessus d’une parcelle dans la marais.  Avec Greg  je  traverse un petit fossé pour pénétrer dans le champ, Karin nous rejoint.
Tout le monde s’installe au pied des joncs , mais le hibou change de zone. Nous repartons sur le chemin, 10 minutes plus tard le hibou survole la zone où nous étions !
Voilà notre punition pour ne pas avoir été assez patients….
Karine rejoint Benoît pour aller photographier les gorges bleues.
Je monte en voiture avec Greg, nous décidons d’utiliser la voiture comme affût et nous suivons les évolutions du hibou.
Régis se positionne dans un champ sous un filet de camouflage.
Nous observons le hibou, il finit par passer assez près pour faire des photos.

Nous rejoignons Karin et Benoît, le gorge bleue est tout près et pas trop farouche.
Greg est prêt pour la photo

Moi aussi !

La journée a passé à toute vitesse et déjà le soleil se couche, le ciel devient orange.
Une avocette vole au dessus de nos têtes.

Nous restons jusqu’au bout pour observer le coucher du soleil derrière les roseaux.

Cette journée était vraiment extraordinaire!
Nous rentrons tard mais comblés. Le marais du Hâble d’Ault est vraiment un endroit magnifique !
Demain nous allons à Bettencourt la rivière où nous avons loué des affûts pour la journée.
Rencontre photographique en baie de Somme – Le parc du Marquenterre

Rencontre photographique en baie de Somme – Le parc du Marquenterre

Au parc du Marquenterre

Lundi 11 avril, le groupe se scinde sur des activités différentes., Bob nous quitte.
Greg, Karin et Benoît vont faire les expositions du Crotoy dans le cadre du festival de l’oiseau.
Il faut dire que Karin a deux photos de sélectionnées qui sont exposées lors du festival !
Régis  et moi avons loué un affût dans la réserve du Parc du Marquenterre.
L’ affût
Nous retrouvons le guide à 7h au parc.
il nous mène jusqu’à notre affût privatif qui se trouve sur un petit plan d’eau au milieu d’une prairie.
Nous sommes près  de l’observatoire N°12 (affût au niveau de la croix sur le plan).

L’affût est retiré du chemin et bien caché dans la végétation.  Commenous disposons de la clef, nous pouvons entrer et sortir à notre guise.
Mais il faut rester discrets pour ne pas déranger les oiseaux.
L’ affût est spacieux, très bien conçu et équipé pour 2 photographes.
à l’intérieur il y a 2 tapis de sol pour les affûts couché et 2 sièges pour les observations sur trépied.
Il y a 6 grandes ouvertures, 4 en façades (2 basses et 2 à hauteur d’assise) et 1 sur chaque côté.
Les ouvertures sont protégées par des filets pour nous rendre le moins visible possible.

l'intérieur de l'affût du parc du Marquenterre

Nous décidons de déplier les tapis et d’installer les sièges au fond de l’affût. Cela nous permet d’alterner la prise de vue en affût couché et des phases de repos en observation assis sur les sièges.

à l'affût dans le parc du Marquenterre

La faune
la lumière du matin est très belle des oies arrivent sur la mare.

Malheureusement le ciel se voile, mais le temps reste sec, les heures défilent et les animaux se succèdent sur le plan d’eau et dans la prairie autour de nous.

Les canards Tadorne de belon  investissent l’endroit.

le cygne majestueux  s’avance, il glisse sur l’eau, il vient à moins de 50cm de l’affût .

Une cigogne vient explorer la prairie sur la droite de l’affût

les autres observatoires
Vers 10h l’activité se calme sur le plan d’eau.
Nous décidons de sortir pour nous dégourdir les jambes et aller découvrir quelques observatoires.
Le parc du Marquenterre vient tout juste d’ouvrir au public, il  n’y a presque personne pour le moment.
Nous nous dirigeons vers l’observatoire n°1, c’est le territoire des avocettes élégantes.
Leur silhouette typique est facilement identifiable.

Puis nous nous dirigeons vers l’observatoire n°13 , en chemin nous croisons une grue cendrée pas du tout farouche.
Nous apprendrons plus tard que c’est la seule grue qui reste toute l’année sur le site.
Elle est arrivée là blessée à une aile il y a plus de 15 ans.
Comme elle ne vole presque pas elle reste et s’est parfaitement approprié le site.

L’observatoire N°13 est juste en face du dortoir d’une colonie de cigognes et de spatules blanches.
Les petits vont naître dans moins de 3 semaines alors les cigognes soignent leur nids.

Retour dans l’affût
Nous retournons dans notre affût
Nous entendons une cavalcade sur notre gauche, un troupeau de chevaux Henson arrive au galop.
La troupe ralentit et traverse la mare juste devant l’affût.
J’ai juste le temps d’attraper mon vieux boitier avec le 18-105 pour faire quelques clichés.

Bien sûr, tous les oiseaux se sont envolés, ils reviennent 20 minutes plus tard, une fois le calme revenu.
Une poule d’eau déambule au milieu des plantes aquatiques.

Un couple de faisan s’approche des berges, le mâle fait miroiter ses couleurs vives.

Une avocette vient se nourrir dans la vase au bord de la mare

Dans le parc
En milieu d’après midi nous décidons de sortir faire le tour des observatoires du parc du Marquenterre pour de faire du repérage pour nos petits camarades.
Nous pouvons ainsi leur dire quels sont les observatoires les plus intéressants et si ils sont pourvus d’ouvertures assez grandes pour les gros téléobjectifs.
Un cormoran fait sa toilette

Les chevaux galopent dans les prairies.

Dernière séance dans l’affût
La pluie commence à tomber, nous retournons dans l’affût.
Un cygne chanteur approche.

Nous l’avons attendue toute la journée et enfin la voilà !
Une spatule blanche se pose sur la berge à gauche de l’affût

Elle est de plus en plus proche.
La pluie tombe assez fort et dame spatule se secoue !

Il est 18h30, il est temps de rentrer et de redonner la clef de notre affût, nous avons passé une excellente journée.
Le parc du Marquenterre est vraiment un très bel endroit. N’hésitez pas à louer l’affût, c’est un vrai plus pour faire de la photo sur le site.
Demain un autre programme nous attend ……
Rencontre photographique en baie de Somme – Jusqu’au banc de l’Îlette

Rencontre photographique en baie de Somme – Jusqu’au banc de l’Îlette

En route vers le banc de l’îlette
Le rendez-vous est pris pour 8h, tout le monde se prépare, on charge les sacs photos et pic-nique.
C’est parti pour la traversée de la baie.

La marée n’est pas encore tout à fait basse et il faut franchir quelques ruisseaux.
Mais gare aux bottes trop basses ou trop larges car on a vite les pieds mouillés n’est-ce pas Greg !

Après 1h30 de marche (on nous avait annoncé 35 min) nous voici arrivés sur le banc de l’îlette.
Un peu de repos accompagné d’un sandwich et ça va tout de suite beaucoup mieux.

sur le banc de l'îlette

Nous sommes en grande marée, la mer s’est retirée loin, très loin, la baie devient le terrain de jeu des cavaliers, je leur prendrai bien un cheval pour piquer un galop !

Nous avons quelques heures devant nous avant que la marée ne remonte et entoure le banc de l’ÎIette.
Donc,  nous décidons d’aller explorer la zone de dune et de marécage derrière nous.

 La dune marque la limite du Marquenterre .
Sur cette zone,  on trouve de nombreux oiseaux dont le Traquet motteux.

Mais le plus curieux en ce lieu c’est un petit troupeau de mouflon corse !
Ils ont été introduits pour la chasse il y a plusieurs années et se sont parfaitement adapté à cet environnement.

Affût pour les limicoles
De retour sur le banc de l’îlette, nous devons organiser nos postes d’affût. Car la marée en montant doit repousser les oiseaux vers nous.
Karin remarque une grande branche sur le sable et nous allons la chercher pour la déposer près du banc de sable.
Qui sait, un cormoran pourrait avoir la bonne idée de venir s’y percher …

Nous nous dispersons par petit groupes pour installer discrètement.

Karin et Benoît se préparent.

Bob s’attribue le creux d’une dune

Je reste avec Greg et Régis.
Nous construisons notre affût avec des débris en bois, nos filets de camouflage, des algues et des herbes sèches ramassées sur l’estran.

Il ne reste plus qu’à ce cacher dans le creux derrière et attendre…..
Attendre, attendre que la mer monte et ramène avec elle les oiseaux qu’elle pousse au fil des vagues.
La mer monte vite, il fait beau mais le vent souffle fort.
Il n’y a pas beaucoup d’oiseau qui arrivent jusqu’à nous. Sans doute sont-ils allés se mettre de l’autre côté de la baie car elle est moins exposée au vent.
Nous voyons tout de même passer devant nous plusieurs vol d’huîtriers pie.

Deux Bécasseaux variables viennent près du rivage avant de s’envoler.

Le retour
La mer est haute et arrive juste au bord du banc de l’îlette nous n’avons pas vu beaucoup d’espèces mais le spectacle était magnifique.
Nous entamons lentement le chemin du retour.
Nous devons faire une pose d’une heure en route car il y a encore trop d’eau pour traverser.
La fatigue commence à se faire sentir parce que  nous avons marché environ 12km depuis ce matin.
Ce n’est pas tant la distance mais le fait que nous avons chacun environ 10kg de matériel à  transporter !
Le vent souffle toujours, mais le soleil est bien présent et nous avons tous pris des couleurs !
Arrivés aux voitures Bob et légèrement déçu, il n’est là que pour le week-end, demain c’est le retour.
Bob voulait voir les phoques de la baie de Somme mais la sortie de samedi ayant été annulée cela n’a pas été possible.
Jean-pierre qui nous a accompagné sur la sortie connait bien la région, il nous signale qu’il est très facile de voir des phoques depuis une digue sur la plage de Berck.
Qu ‘à cela ne tienne, Greg, Régis, bob et moi partons pour Berck.
Karin et Benoît décident de rentrer au gîte se reposer.
A Berck pour voir les phoques
Nous arrivons à Berck.
Aie aie aie, nous avions juste oublié que c’est aussi ce dimanche que se déroulaient à Berck les grands concours de cerf volants.
La circulation est totalement bloquée, grâce au GPS nous arrivons quand même au bord de plage.
Ils sont là, 9 gros pépères phoques, veau marins, qui se prélassent sur le sable !

Nous nous régalons du spectacle, Bob est heureux, nous aussi !
La nuit tombe, impossible de repartir car toutes les routes sont bouchées.
Karin et Benoît vont devoir manger sans nous.
Nous nous réfugions dans un petit resto, mais la patronne nous dit qu’elle n’a plus rien, pas même une pizza.
Nous négocions des frites et une petite bière, nous avons même droit à des profiteroles pour le dessert, pas si mal notre repas improvisé !
Finalement, nous repartons vers 23h, nous arrivons vers minuit au gîte, vite une douche et au lit car demain il faut se lever à 6h.
Régis et moi nous avons loué un affût dans le parc du Marquenterre pour toute la journée……
error: Hey ! Ce contenu est protégé :-)
Ne ratez pas mes prochains articles !

Ne ratez pas mes prochains articles !

Inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter pour recevoir avant tout le monde mes nouveaux articles

Votre inscription est validée !