Sélectionner une page

2019 a été une année assez riche en terme de photos et de sorties sur le terrain.

Cette année j’ai répertorié chacune de mes sorties dans un carnet de terrain. Je note mes observations mais aussi le temps passé à l’affût. J’ai donc repris mes notes et cette année je suis restée environ 330 h sur le terrain à l’affût. Cela peut sembler peu, mais les sorties sont concentrées sur les WE, les vacances et quelques sorties le soir après le boulot quand les journées sont longues en été. Ce n’est donc pas si mal et je vais essayer d’en faire encore plus l’an prochain…

J’avais envie de partager avec vous ces rencontres, au travers d’une rétrospective des moments forts de cette année 2019 en, 12 mois, 12 images et 12 histoires.

 

 Rétrospective 2019

Janvier 

Le Cotentin  est une région où il ne neige pas souvent. Et moi, la neige j’adore ça ! Je peux rester des heures à regarder tomber les flocons. J’aime le silence et aussi le bruit des pas dans la neige. Alors en janvier, je suis allée faire un stage chez Fabien Gréban dans le massif du jura. La neige est au rendez-vous, le froid aussi, ce matin là il fait environ – 12°C. Pour le jura ce n’est pas loin de là une température extrême. Mais, quand vous êtes allongés dans la neige (avec quand même un petit tapis de sol) immobile depuis plus d’une heure, le froid se fait sentir !

Nous attendons l’hermine, je ne sent plus trop mes orteils, par contre je sens très bien mes cervicales, aie aie aie…Mes doigts sont engourdis par le froid. Soudain elle apparaît. D’abord une petite tête qui sort d’un trou, pour re-disparaître aussitôt. La voici à nouveau mais dans un autre trou plus à gauche. Diantre, il faut être rapide pour suivre l’hermine.

Elle finit par prendre confiance et sort complètement. En surface elle est toujours aussi vive, heureusement de temps en temps elle se fige et hop une photo. Pour la prendre en mouvement il faudra un peu plus d’entraînement !

Hermine - Massif du Jura - 2019

Février 

Les étourneaux sont arrivés par petits groupes dès le mois de novembre. Puis ils se sont regroupés et forment des colonies de plusieurs centaines d’individus.

Malheur à ceux qui habitent à côté du dortoir. Les trottoirs, les voitures sont recouverts de fientes et l’odeur est nauséabonde ! Mais quel spectacle, chaque matin et soir des nués d’étourneaux s’élancent dans le ciel. C’est un ballet magnifique, on appelle ça les murmurations. Dans un ensemble parfait les oiseaux réalisent des chorégraphies et dessinent tantôt un champignon, un poisson ou encore un dragon qui ondule. Laissez place à votre imagination…

murmurations

Mars

Cela fait 2 ans que je veux photographier un brocard en velours. La bonne période pour ça c’est plus le mois de février car en mars, la mue commence. Mais en février il y a toujours la chasse et cela fait deux sorties que je dois renoncer car ça pétarade de tous les côtés. Alors en mars je décide d’aller voir si les chevreuils sont toujours en velours. J’en aperçois un mais il est loin et la photo n’est pas bonne. La semaine suivante je croise un autre chevreuil lui n’a plus de velours. Zut j’ai encore manqué le coche !

Mais le 26 mars alors que je n’y crois plus, je tombe sur un « retardataire », un magnifique brocard tout en velours !

Cette photo a une histoire si vous voulez la découvrir cliquez ici

brocard en velours

Avril

Voilà quelques années j’ai découvert la baie de Somme grâce au Festival de l’oiseau. Aussi à chaque printemps de profite du festival pour passer la bas une petite semaine. Et, à cette occasion j’essaye de photographier le hibou des marais. Mais, en cette année 2019 je n’ai pas vu de hiboux sur les sites habituels. Heureusement il y a beaucoup d’autres oiseaux comme par exemple ce joli traquet motteux. Allongée dans l’herbe, je l’observe. IL prendre confiance et s’approche. Les petites herbes en avant et arrière plan semblent l’envelopper comme dans du coton…

oiseaux - Traquet motteux

Mai

En mai dans les champs l’herbe est déjà haute. Dans quelques semaines se sera la période des foins. Mais pour le moment les pâtures sont bien utiles aux chevreuils. Ils y trouvent une nourriture abondante et ils y sont presque invisibles.

brocard mai 2019

Juin

En juin j’ai fait une escapade au Pays de Galles. Je suis allée rencontrer un oiseau mythique qui a presque disparu des côtes Françaises. C’est le macareux moine. Cet oiseau que  j’imaginais beaucoup plus gros, ne fait qu’une trentaine de centimètre. Son grand bec coloré et sa drôle de démarche lui ont valu le surnom de clown des mers. Celui-ci est venu s’installer à moins de 3 m de l’affût. Visiblement la pluie ne semble pas troubler sa sieste.

sous la pluie

Juillet

C’est la fin de la période des foins. Une période que j’adore, pas seulement pour l’odeur de l’herbe coupée, mais surtout parce que c’est un meilleur moment dans l’année pour observer le renard. Cette année je n’en ai pas croisé beaucoup. Mais, ce 2 juillet 2019 goupil m’a accordé un moment magique. Pendant près d’une demi-heure il a arpenté le champ. Et, à deux reprises il est passé à quelques mètres de moi…….

renard août 2019

Août

Au mois d’Août, les jeunes chevreuils de l’année commencent à sortir et s’émancipent.

Nous sommes en fin d’après midi, le champ où je suis à l’affût est entouré de bois. La lumière commence à baisser. J’ai déjà observé une chevrette et un brocard mais ils restent à distance. Puis soudain 3 jeunes bondissent dans le champ. Et là ils entament une course poursuite. Çà part dans tous les sens. Ils passent à droite, à gauche, rentrent et sortent du bois à quelques mètres de moi. Je suis juste derrière un petit filet de camouflage et une touffe de fougère, j’ai peur de me faire repérer, mais non, ils sont trop accaparés par leur jeu. J’arrive à saisir un jeune au passage, mais la lumière baisse vite et je ne peux plus figer le mouvement. Je suis restée les observer jusqu’à la tombée de la nuit…

jeune chevreuil 2019

Septembre

il y a eu plusieurs temps fort en ce mois de septembre. Normal, c’est le mois de mon anniversaire il faut bien que je sois gâtée un peu ! J’ai eu la chance de photographier le martin pêcheur (vous pouvez voir une photo dans l’article précédent ) et la bécassine des marais. Mais j’ai choisi de vous présenter une photo d’une dame faucon crécerelle que j’ai observée sur l’île de ChauseyLa crécerelle chassait les lézards dans la dune. J’étais sur la plage totalement à découvert, petit à petit elle s’est rapprochée pour venir voler juste à une dizaine de mètres.

crécerelle 2019

Octobre

19 octobre 2019, je suis à l’affût pour le martin pêcheur. Mais avec les fortes pluies le niveau de l’eau est très haut, trop haut pour le martin qui décide d’aller pêcher ailleurs. Je le vois passer comme une flèche à plusieurs reprises mais il ne s’arrête pas.

En revanche, un petit grèbe castagneux arpente la mare sans cesse depuis plus d’une heure. Il arrive à pêcher des petits poissons et des crabes mous. Le soleil commence à ce coucher et le plan d’eau se pare de belles couleurs dorées. C’est à ce moment que le castagneux vient pêcher une petite plie juste devant l’affût. Il traverse en portant fièrement son butin et part le déguster un peu plus loin.

castagneux

Novembre

Voilà près de 2 mois qu’il pleut presque tous les jours. Alors, les sorties photos sont rares et cela me manque. Donc ce samedi malgré le temps maussade je décide de rester à la drink station que j’ai construite l’an dernier. Les passereaux habituels sont au rendez-vous. C’est un ballet de mésanges, verdiers et pinsons. Un rouge gorge et 2 sitelles complètent le tableau. A 2 reprises tous les oiseaux s’envolent d’un coup, mais, ils reviennent au bout de quelques minutes. Qu’est ce qui les fait fuir comme ça ? Par la petite ouverture ma vision est restreinte. 3ème envol je ronchonne intérieurement quand soudain je vois qu’un oiseau s’est posé sur le piquet à gauche de la drink, je regarde mieux et là mon cœur s’emballe. En épervier, c’est un épervier qui vient de se poser. il pleut la lumière est faible je suis à 1250 iso et je n’ai qu’une vitesse de 1/80 éme de seconde. Dès que l’épervier bouge il est flou ! mais je réussi quand même à faire 3 – 4 photos. Il n’est resté qu’une minute, mais quelle moment magique !

Épervier d'Europe

Décembre

29, 30, 31 décembre  2019,  3 jours de beau temps! Un soleil radieux, des gelées matinales, avec un peu de brume c’est enfin l’hiver ! Ce matin je pars pour un nouveau site, les carrières de Fresville. C’est une ancienne carrière de calcaire qui a été exploitée jusqu’en 1984. Les autorités avaient prévu de la reconvertir en décharge. Mais, les riverains s’y sont opposés. Sur les conseils d’un ancien de la carrière, ils ont bloqué le site et détruit les pompes qui servaient à assécher la carrière. En une semaine les deux bassins se sont remplis d’eau et le projet de décharge a été abandonné. Des poissons ont été introduits. Cela attire les oiseaux comme le martin pêcheur et les cormorans. Un chemin de promenade permet de faire le tour du grand bassin et d’observer les oiseaux, canard, grèbes, foulque et gravelots fréquentent régulièrement le site. Au milieu de chaque bassin il y a un lampadaire. C’est un vestige de l’ancienne carrière. Mais aussi insolite que cela puisse paraître c’est devenu un perchoir pour les cormorans. Justement, un banc de brume vient d’arriver sur l’étang et donne un côté surréaliste à cette scène !

perchoir à cormoran 2019

Adieux 2019, en route vers 2020

Voilà 2019 s’achève. J’espère que cette rétrospective vous aura plu. Je vous donne rendez-vous en 2020 et je vous souhaite à tous une excellente année 2020 !

Ne ratez pas mes prochains articles !

Ne ratez pas mes prochains articles !

Inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter pour recevoir avant tout le monde mes nouveaux articles

Votre inscription est validée !

Cet article vous a plu ?

Cet article vous a plu ?

Ne ratez pas les prochains !

Votre inscription est validée. Merci !

error: Hey ! Ce contenu est protégé :-)